Devinette …

 “PinceMi” et “PinceMoi” sont dans une voiture pour covoiturer….

“PinceMi” est vacciné. “PinceMoi” ne l’est pas.

Personne ne porte de masque.

“PinceMoi” apprend qu’il est positif

Qui doit rester isolé ?

REPONSE avec AMELI…

QU’EST-CE QU’UNE « PERSONNE CAS CONTACT » ?

La définition de personne contact a évolué suite à l’avis du Haut conseil de la Santé publique et distingue 3 types de personne contact :

  • à risque élevé
  • à risque modéré
  • et à risque négligeable.

Dans les 3 cas, la personne a été en contact avec une personne positive à la Covid-19 sans mesure de protection efficace (*)

(*) Ne sont pas considérés comme mesures de protection efficaces :

  • masques en tissu grand public de catégorie 2
  • masques en tissu « maison » ou de fabrication artisanale ne répondant pas aux normes Afnor
  • visières et masques en plastique transparent portés seuls
  • plaque de plexiglas posée sur un comptoir, rideaux en plastique transparent séparant clients et commerçants.

 

Personne contact à risque élevé
Il s’agit de toute personne :

  • n’ayant pas reçu un schéma complet de vaccination
  • ou depuis moins de 7 jours (Pfizer, Moderna et AstraZeneca)
  • ou moins de 4 semaines (Jansen)
  • ou atteinte d’une immunodépression grave, c’est–à–dire présentant une affection la rendant éligible à une 3e dose de vaccination, même si celle-ci a déjà été administrée (liste d’affections définies dans l’avis du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale du 6 avril 2021)

et ayant eu:

  • un contact direct avec la personne positive (ou probablement positive) à la Covid-19,
  • en face-à-face, à moins de 2 mètres, quelle que soit la durée (exemple : conversation, repas, contact physique)
  • ayant donné ou reçu des actes d’hygiène ou de soins à la personne positive  à la Covid-19
  • ayant partagé un espace intérieur (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel, salle de restaurant…) pendant au moins 15 minutes consécutives ou cumulées sur 24h avec la personne positive (ou probablement positive)
  • ou étant resté en face-à-face avec elle durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement.

Exemple : une personne non vaccinée qui a covoituré avec une personne positive et qui ne portait pas de masque.

 

Personne contact à risque modéré
Il s’agit de toute personne:

  • sans immunodépression grave et ayant reçu un schéma complet de vaccination depuis au moins 7 jours (Pfizer, Moderna et Astra Zeneca) ou au moins 4 semaines (Jansen)

et

  • ayant eu un contact direct avec la personne positive (ou probablement positive) à la Covid-19, en face-à-face, à moins de 2 mètres, quelle que soit la durée (exemple : conversation, repas, contact physique)
  • ayant donné ou reçu des actes d’hygiène ou de soins à la personne positive (ou probablement positive) à la Covid-19,
  • ou ayant partagé un espace intérieur (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel, salle de restaurant…) pendant au moins 15 minutes consécutives ou cumulées sur 24h avec la personne positive  ou étant resté en face-à-face avec elle durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement.

Exemple : une personne vaccinée qui a covoituré avec une personne positive mais qui ne portait pas de masque.

Plus d’infos sur le site AMELI :  

 

JE SUIS CAS CONTACT : QUE FAIRE ?

SI ON EST DÉJÀ VACCINÉ CONTRE LA COVID-19 ?

Si votre schéma vaccinal est complet et si vous n’êtes pas immunodéprimé, vous n’avez pas obligation de vous isoler.

 

Mais vous devez respecter certaines règles sanitaires pour briser les chaînes de transmission de la Covid-19 :

  • réaliser immédiatement un test de dépistage (RT-PCR ou test antigénique TAG)
  • informer de votre statut les personnes avec qui vous avez été en contact 48h avant votre dernier contact à risque avec le malade de la Covid-19 et leur recommander de limiter leurs contacts sociaux et familiaux
  • respecter les gestes barrières pendant 1 semaine après le dernier contact avec le malade et notamment :
  •  limiter les interactions sociales, en particulier dans les établissements recevant du public où le port du masque n’est pas possible
  • éviter tout contact avec des personnes à risque de forme grave même si elles sont vaccinées
  • porter un masque de catégorie 1 dans l’espace public
  • réaliser une auto-surveillance de la température et de l’éventuelle apparition de symptômes, avec un test de dépistage immédiat en cas de symptômes, quel que soit l’âge
  • réaliser un second test de dépistage (RT-PCR, TAG) 7 jours après la fin de la période d’isolement du cas

 

SI ON N’EST PAS VACCINÉ CONTRE LA COVID-19 OU IMMUNODÉPRIMÉ ?
Si votre schéma vaccinal est incomplet ou si vous êtes immunodéprimé vous devez réaliser immédiatement un test de dépistage, RT-PCR ou antigénique

en cas de test de dépistage positif, vous devenez un cas confirmé de Covid-19 :

en cas de test de dépistage négatif, vous devez  :

  • respecter un isolement chez vous de 7 jours, à partir de la date du dernier contact à risque avec la personne positive à la Covid-19, si vous pouvez vous isoler strictement d’elle
  • informer de votre situation les personnes avec qui vous avez été en contact à partir de 48h après votre dernière exposition avec la personne positive à la Covid-19 et leur recommander de limiter leurs contacts sociaux et familiaux : on appelle cela le “contact warning” .

Un second test est réalisé en fin d’isolement (7 jours après le début de l’isolement) .

  • Si ce test est négatif, l’isolement peut être levé.
  • Si ce test n’est pas réalisé, l’isolement est prolongé de 7 jours supplémentaires (sauf pour les enfants de moins de 6 ans).

 

Plus d’infos sur le site AMELI :  

Plus que jamais la prudence reste de mise…

les gestes barrières, la distanciation physique et le lavage régulier des mains doivent toujours s’appliquer.

En particulier, le port du masque doit rester la règle dans les espace intérieurs  que l’on va être amené à partager pendant au moins 15 minutes consécutives ou cumulées sur 24h (bureau, salle de réunion, véhicule personnel…) lorsqu’on n’est pas vacciné….

 

Il nous faut aussi tirer tous les enseignements de la situation que nous venons de traverser et certaines dispositions mises en œuvre dans ce contexte, se sont imposées comme des « bonnes pratiques » dans le cadre d’activités collectives : limitation de la taille des groupes, inscription préalable pour chaque activité, distanciation….et seront donc maintenues.

 

Ces mesures pourront être perçues par certains comme des contraintes mais elles sont la contrepartie indispensable à la reprise de nos activités et à une pratique collective responsable.

 

ET SI ON PARLAIT VACCINATION ?

La vaccination est aujourd’hui le seul moyen de parvenir à un niveau d’immunité qui nous permettra de nous débarrasser de toutes les contraintes imposées par la situation sanitaire..

En ce sens, nous ne pouvons  qu’inciter très fortement tous les adhérents à se faire vacciner dans le souci de rassurer tous les autres participants et de contribuer à la protection collective.

Un adhérent qui partage des activités collectives sans être vacciné fait peser sur les autres pratiquants les risques et les contraintes liés à son seul choix.

L’immunité collective c’est quoi ?